Vendredi 17 novembre

...rien ne va ?
Il y a des sociétés qui sont plus que des simples entreprises.
Leur positionnement, leur part de marché, leur taille font d'elles de véritables indicateurs macroéconomiques.
C'est le cas du plus grand groupe de distribution américain, Walmart.
Et quand Walmart flanche, c'est que la consommation des ménages flanche.
Explications.

WALMART

Le numéro un du retail aux États-Unis.
Près de 5000 magasins à travers les États-Unis qui représentent plus de 83% de son chiffre d'affaires.
Le reste du chiffre d'affaires est fait à l'étranger, à travers plus de 5000 magasins, principalement au Mexique ou en Amérique Centrale.

WALMART C'EST...

...160 milliards de $ de ventes par trimestre, 6 milliards de profits et 420 milliards de capitalisation.
Même si Walmart ne fait pas partie des "Seven Magnificent", elle n'est pas old school puisqu'elle a réussi à résister à Amazon et qu'elle a développé de façon spectaculaire sa part d'e-commerce.

WALMART C'EST DONC...

... la consommation des ménages américains.
Et hier le cours de Walmart a chuté de plus de 8%.
Malgré des annonces de résultats plutôt encourageants.
Malgré une hausse de chiffre d'affaires de 4.9% au troisième trimestre, au-dessus des attentes.
Malgré un profit de 1.53 $ par action, au-dessus aussi des anticipations.

LA CAUSE DE LA BAISSE ?

Les prévisions du groupe.
Le directeur financier du groupe a annoncé un "softening" en octobre et des ventes au ralenti depuis.
Et donc un trimestre qui sera moins bon que prévu.

ET POUR LE GROUPE

La raison est simple : l'inflation.
"Nos clients sont obligés de faire des arbitrages sur les produits qu'ils consomment du fait de la hausse des prix".
La hausse des prix, comme anticipée, a un effet quasi-automatique sur la demande de tous les produits, y compris les produits pourtant essentiels.
Le groupe constate cependant que les prix commencent à baisser et prévoit même : "in the US, we may be managing a period of deflation in the months to come".
Deflation.
Le mot est lâché.
Et ce ne sera pas la dernière fois.

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

LE TITRE DU JOUR

À la une des Echos : "Crise du logement : l’État cherche la parade".
L’État est sous pression.
La production de logements neufs s'est effondrée.
Les promoteurs sont sous pression.
Et on parle de "bombe sociale".
Et la réaction des acteurs du secteur est de demander, encore et toujours, l'aide de l’État...
Une manie française.
Alors que c'est le trop d'État et le trop de réglementation qui a produit la crise que nous avons aujourd'hui.
Il faut savoir laisser les forces de marché se déployer et s'équilibrer et l’État ne doit intervenir que pour corriger les excès qui peuvent affecter les plus défavorisés...
On n'apprendra jamais de nos erreurs.

ALLEMAGNE : LA CRISE

Le rejet par la Cour de Justice de Karlsruhe continue à provoquer un séisme politique en Allemagne.
Ce n'est pas simplement les 60 milliards d'aides à la transition écologique qui sont retoqués, c'est tout le financement de la transition écologique qui est à repenser.
Pour l'Allemagne, cette transition peut être le moteur de la croissance pour les 10 années qui viennent et elle a largement les moyens de la financer.
Mais elle a des contraintes.
Des contraintes d'endettement, et cette transition ne peut se financer massivement que par endettement.
Quand trop de rigueur peut plomber les perspectives de croissance.
Il va falloir suivre ce feuilleton de près car il est loin d'être terminé et il aura des répercussions politiques en Allemagne mais aussi en Europe.

ATTENTION PÉPITE

Si vous aimez la Bourse et notamment les small et mid caps (petites et moyennes valeurs), je vous conseille vivement de regarder mon interview de ce dirigeant de small cap.
Une vraie « pépite », avec un « produit » révolutionnaire, qui peut changer notre avenir (rien que ça…).
Et un vrai dirigeant d’entreprise avec une vision claire à 4-5 ans, des objectifs définis et un plan précis pour les atteindre
Et enfin une discussion passionnante, à « cœur ouvert »….
>> Découvrez cette pépite et l’interview de son dirigeant

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

Le lancement de la nouvelle enveloppe BPI pour le Private Equity.
Souvenez-vous, en juin dernier, nous lancions un partenariat avec la Banque publique d’investissement (BPI), pour proposer leur fonds Bpifrance Entreprises Avenir 1 dans un cadre ultra avantageux et exclusif : sans frais d’entrée et avec les frais de gestion au plus bas sur notre contrat d’assurance Meilleurtaux Liberté vie. Les épargnants ne s’y sont pas trompés et la première enveloppe octroyée par notre partenaire a été clôturée durant l’été.
Mais cette semaine nous avons obtenu une nouvelle enveloppe de notre partenaire.
A saisir sans attendre !
>> Obtenez plus d’information sur Bpifrance Entreprises Avenir 1

C'EST VOTRE ARGENT EXCEPTIONNEL

Sur BFM Business, ce soir à 20h et en replay samedi à 9h, et dimanche à 11h et 21h.
Et en podcasts sur toutes les grandes plateformes
La Bourse : plus haut ?
Les taux : plus bas ?
Quelles actions acheter ou vendre ?
L'expression de la semaine : le mur de la dette
La question macro : Faut-il parler de l'inflation au passé ?
Le chiffre : la hausse des salaires en France en 2024.
Avec nos Jedi de l'économie et de la finance : Céline Piquemal-Prade de Piquemal Houghton Investments, Valentine Ainouz de l'Amundi Institute, Christian Bito de l'Essec et l'incontournable Emmanuel Lechypre.
A ne pas manquer

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Sélina Seremet, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement.
" Début de journée positive pour l’indice parisien affichant une variation de 0,59% à 7210 points. Après les récentes publications macroéconomiques et le rallye de court terme, le marché actions tente de se stabiliser sous des résistances majeures permettant ainsi aux opérateurs de marché de prendre une partie de leurs bénéfices.
Ce vendredi risque d’être relativement peu volatil, aucune grosse publication économique n’est à prévoir et permettant peut-être une continuité de latéralisation baissière avant un début de semaine sous haute intensité avec les minutes du FOMC.
En Asie, la Bourse de Tokyo gagne 0,48%, à 33 585 points.
Le Brent s'échange à 77,48$ (-3,81%).
L'once d'or se négocie à 1 985,2$ (+0,93%).
L'euro/dollar évolue à 1,0829$ (-0,10%)."

ON S'EN FOUT ?

J'aime beaucoup ce titre dans les Echos : "Dans les facultés américaines, les Indiens gagnent du terrain sur les Chinois", on se croirait dans un western ; Nikki Haley, candidate républicaine, a le vent en poupe car elle a dominé les débats, et elles commencent à attirer les fonds de ceux qui cherchent une alternative à Trump, mais la route est longue et semée d'embûches ; Il va y avoir un malus de stationnement à Paris pour les SUV ; Le Centre Pompidou est en grève ; Très déprimant : selon l'Observatoire des vulnérabilités alimentaires, un Français sur cinq a souffert de la faim sur les douze derniers mois, c'est assez effrayant ; L'autre titre du jour dans Le Parisien : "La folie collagène", ah bon? ; Le prix des billets d'avion flambe pour les vacances de Noël ; Un Sénateur est soupçonné d'avoir drogué une députée, la guerre des Chambres ; C'est parti pour la sixième et ultime saison de "The Crown", 6 épisodes maintenant et 6 épisodes le 14 décembre; Le rapper Snoop Dog a annoncé qu'il arrêtait de fumer, on ne sait pas s'il parlait de la cigarette ou du cannabis ; Je vous souhaite un excellent week-end ! ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    5 chiffres pour comprendre M Rendement 12, notre nouvelle opportunité d’investissement
    23/02/2024
  • visuel-morning
    Le point sectoriel par Euroland Corporate
    28/02/2024
  • visuel-morning
    Calendrier défiscalisation : les dates et nos événements
    08/12/2023
  • visuel-morning
    SCPI : le moment de se tourner vers le tourisme ?
    06/10/2023
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt