Mardi 07 novembre

Malgré ma (trop) longue expérience de l'épargne et des placements, il y a des mystères que je ne suis jamais arrivé à percer.
Pourquoi les ménages français qui savent gérer leur budget, qui connaissent la valeur de l'argent, qui vont souvent comparer des prix ou des abonnements avant de faire un choix, ne vont pas systématiquement vers la meilleure solution pour leurs économies ?
Des exemples ?

LE PREMIER EXEMPLE

Pourquoi continuer à laisser dormir de l'argent sur son compte bancaire à zéro (pointé...) alors qu'on peut facilement les placer, au moins sur un livret A, un compte à terme ou encore sur un "super" livret ? C'était explicable quand les taux étaient à zéro, mais aujourd'hui on peut espérer des taux très attractifs tout en gardant sa liquidité et sans prendre de risques (j'aurai d'ailleurs quelque chose à vous annoncer demain à ce sujet...)

UN AUTRE EXEMPLE ?

Pourquoi des dizaines de milliers de Français continuent à souscrire à des contrats d'assurance vie et des PER avec des frais d'entrée et des frais sur versement alors que les mêmes contrats, voire de meilleurs contrats, existent sur Internet avec ZÉRO frais d'entrée.
Pourquoi ? Why ? Warum ?
Incompréhensible.
Et inexplicable.

MAIS AUJOURD'HUI

Je voudrais vous parler d'une autre énigme : la retraite.
Et en particulier les placements retraite.
Oui, vous, je m'adresse à vous.
Même si, et surtout, si vous n'avez "que" 35, 40, ou 45 ans.

VOUS SAVEZ...

...que vous n'aurez pas une pension qui va couvrir vos besoins financiers à la retraite.
Si le taux de remplacement est encore autour de 50%, imaginez ce qu'il va être dans 15 ou 20 ans quand il y aura presque plus de centenaires que de personnes au travail (bon, j'exagère un peu mais c'est pour appuyer mon point).
Vous savez donc que vous devez compléter la retraite que vous allez toucher, j'ai envie de dire l' "indemnité de retraite" que vous allez toucher, par votre épargne.
Jusque-là vous ne pouvez qu'être d'accord.

MAIS LE PROBLÈME

C'est qu'il y a UNE solution et que vous ne l'utilisez pas. Ou pas assez.
L’État a bien fait les choses.
Il y a un produit totalement adapté à votre problème : Le PER.
Je vous vois soupirer et je vous entends murmurer "il essaie de nous fourguer son produit du mois".
Vous vous trompez.
Je suis vraiment étonné.
Et même un peu contrarié.

QUEL QUE SOIT VOTRE ÂGE

De 35 ans environ à 65 ans, vous DEVEZ, je dis bien vous DEVEZ verser, chaque mois, une partie de votre revenu dans un PER.
Certes, les sommes investies dans un PER sont bloquées jusqu'à la retraite.
C'est une contrainte qui peut sembler importante, surtout quand on est jeune et qu'on a d'autres objectifs en tête.
Mais vous constituez une cagnotte pour votre retraite, bloquée ou non, est de toute façon indispensable.
Et en contrepartie du blocage, vous obtenez donc une réduction d'impôt.
Vous DEVEZ donc commencer le plus tôt possible car plus vous commencez tôt, moins votre effort d'épargne devra être important, car vos versements auront le temps de fructifier.

DES VERSEMENTS PROGRAMMÉS... ET PROGRESSIFS

Si vous avez moins de 45 ans, commencez par ouvrir un PER et calibrez un versement programmé, chaque mois, pour qu'il soit indolore.
Le prix d'un restau à 4 à Paris ou dans une grande ville pour commencer.
Ce n'est pas trop vous demander.
Avec en plus, cerise sur le gâteau, la carotte fiscale (restau, cerise, gâteau, carotte...).
Augmentez ce versement chaque année, au fur et à mesure que vous vieillissez et, je l'espère pour vous, que vos revenus (et vos impôts) augmentent.
Passé 50 ans, en revanche, la retraite doit être votre objectif primordial, et vous devez donc verser chaque mois 10% de votre revenu (la limite pour la déduction).
C'est indispensable. C'est votre assurance retraite, mais c'est aussi votre solution pour payer moins d'impôt.
>> Découvrez Meilleurtaux Liberté PER et souscrivez en ligne

VOILÀ

Si vous ne le faites pas, ce sera une énigme.
Une de plus.
Voilà, j'ai terminé.
Je vous laisse.
C'était mon "coup de gueule du jour".
Je pars à Lyon, je passe la plume au directeur de la communication, Gauthier Maes, et je vous dis à demain...

À PART ÇA ? QUOI DE NEUF ?

Par Gauthier Maes, Directeur de la communication, Meilleurtaux Placement

REVIREMENT ?

On l'attendait plus, mais c'est peut-être le début du rebond en Chine.
Le FMI a en effet revu ses prévisions de croissance à la hausse pour l'économie chinoise.
Le mois dernier, l’institution avait pourtant abaissé ses prévisions 2023 et 2024 pour l'économie chinoise à 5% et 4,2% respectivement.
Elle les a donc remontées ce matin à 5,4% et 4,6%.
À suivre.

BAISSE DE PRIX ?

Le gouvernement veut des baisses de prix dans l'alimentaire dès janvier.
En commission mixte paritaire, ce lundi 6 novembre, les députés et les sénateurs ont trouvé un accord pour avancer la date des négociations commerciales entre les marques et les distributeurs, au 15 janvier pour les PME et au 31 janvier pour les autres marques.
Ces négociations ont habituellement lieu en mars.
Reste maintenant le plus dur, négocier les prix.
Espérons pour le gouvernement (et pour nous) que d'ici janvier l'inflation aura continuer à fléchir.
Elle s'élevait à +7,7% en octobre contre +9,7% en septembre et +15,9% en mars dernier.
Mais 7%, ça reste quand même une belle hausse...

ET VOUS, VOUS EN PENSEZ QUOI ?

On vous a demandé la semaine dernière votre avis sur le thème de la natalité.
Pensez-vous que la baisse de la natalité est irrémédiable ?
Quels impacts de cette baisse voyez-vous pour l'économie ?
Comment y remédier ?
Et comme d’habitude, nous avons eu énormément de réponses très intéressantes.
La plupart d’entre vous comprennent bien les raisons de la baisse de la natalité : « l'avenir climatique me rend anxieux pour mes enfants » selon Brice, « Difficile de concilier loisirs et famille » pour Jean Pierre, « nous sommes trop nombreux pour ce que la planète est capable de nous fournir » pour Gautier et « baisse de la natalité irrémédiable du fait de l'individualisme renforcé » pour Louis Jean.
Pour Geoffrey : « il faudrait trouver une cause exacte mais malheureusement elles semblent être multiples, entre l'actualité anxiogène, le pouvoir d'achat des ménages qui baisse, les politiques qui sont nuls, la moralisation à outrance, les débiles dans les stades de foot, la France qui perd au rugby à cause de l'arbitrage, etc.. ». Fichus arbitres qui nous empêchent de faire des bébés...
Certains comme Franck pensent que cette baisse est préoccupante et que l’État devrait mener une politique familiale et nataliste. Mais d’autres comme Marco pensent que via l'IA et l'innovation on va créer de la croissance avec une décroissance démographique.
Et enfin beaucoup comme Jérémie, Michel ou Céline pensent que la baisse de la natalité va faire baisser la croissance mais que c’est un juste prix à payer pour sauver la planète
Vivement la semaine prochaine pour une nouvelle question !

C’EST MADAME QUI RÉGALE

Depuis hier, 6 novembre, les femmes travaillent gratuitement jusqu’à la fin de l’année…
C’est la newsletter féministe Les Glorieuses qui a calculé cette date, qui vise à dénoncer les inégalités de salaire hommes - femmes. Elle se base sur la différence de salaires ramenée au nombre de jours ouvrés en France, soit 39 jours.
Les femmes vont donc travailler « gratuitement » entre le 6 novembre et le 31 décembre.
Pire, l’écart augmente depuis le covid, et avec l’inflation (les hommes obtiennent de meilleures revalorisations que les femmes).
Notons toutefois que la méthode de calcul de cette date est dénoncée par certains, des hommes probablement…

DU COTÉ DES MARCHÉS

Par Sélina Seremet, Analyste Bourse.
"L'indice de la bourse de Paris entame la séance sur une note négative, accusant un repli de 0,35% en s’échangeant à 6 976 points. Dans le climat d'incertitude actuel, les acteurs du marché ont tendance à privilégier les prises de profit sur leurs portefeuilles ainsi qu’une réallocation sur les actifs refuges tels que le Dollars Index.
En parallèle, la saison des annonces financières ne faiblit pas, avec un agenda chargé comprenant aujourd'hui la divulgation des résultats de Capgemini, Euronext, Engie, Coty, et Rubis.
En Asie, la Bourse de Tokyo perd 1,34%, à 32 271 points.
Le Brent s'échange à 84,24$ (-1,65%).
L'once d'or se négocie à 1 969 $ (-0,76%).
L'euro/dollar évolue à 1,0695$ (-0,41%)."

ON S’EN FOUT ?

Les attaques du Hamas, c'était il y a 1 mois déjà... ; Selon le Wall Street Journal, Goldman Sachs souhaiterait arrêter son partenariat avec Apple autour de l’Apple Card, moins rentable que ses activités traditionnelles ; Dupond-Moretti déclare vouloir se défendre contre « une infamie » (il voulait réciter Le Cid mais heureusement on l’a arrêté) ; Wework a déposé le bilan aux États-Unis hier soir ; Le Pas-de-Calais est en vigilance rouge, confronté à des crues exceptionnelles ; Jordan Bardella nie l'antisémitisme de Jean Marie Le Pen ; Le gouvernement lance le "bonus réparation", de 6 à 25 euros, pour encourager les Français à réparer ce qu'ils ont dans leurs placards plutôt que de racheter du neuf ; Des lettres écrites au XVIIIe siècle à des marins français durant la Guerre de Sept Ans entre la France et la Grande-Bretagne, qui avaient été saisies par la Royal Navy, ont été retrouvées "dans un carton" par un professeur d'histoire à l'université de Cambridge ; En Somalie, la série Arday met en scène des étudiants qui abordent des sujets tabous, en dépit de la menace terroriste islamiste (il y a quand même des gens qui ont un courage qui laisse sans voix...)

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    L’or explose ! Comment en profiter facilement et à moindres frais ?
    05/04/2024
  • visuel-morning
    La valeur à la traîne : Crossject
    05/04/2024
  • visuel-morning
    Dernière ligne droite pour réduire votre impôt sur vos revenus de 2023
    22/12/2023
  • visuel-morning
    Pourquoi la SCPI Epargne Pierre est épargnée par la crise ?
    29/03/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt