Jeudi 02 novembre

Le temps de l'économie n'est pas celui des marchés.
Il faut du temps pour que les mécanismes de l'économie s'activent.
Du temps et un peu de patience.
L'inflation devait baisser.
Et elle baisse.
Et les banques centrales comme la FED hier, arrêtent de relever leurs taux.
Explications.

LA BANQUE CENTRALE AMÉRICAINE...

... n'a pas relevé ses taux hier.
Elle a confirmé que la "pause" continuait.
Car pour l'instant, la FED ne parle que de pause et pas d'arrêt définitif des hausses de taux.
Malgré le fait que les taux d'intérêt soient au plus haut depuis 22 ans.
C'est le deuxième mois consécutif de pause.

CE QUI EST INTÉRESSANT...

... c'est le fait que le patron de la FED, Jerome Powell a insisté sur la décrue de l'inflation.
Et en particulier l'inflation dite "core" c'est-à-dire l'inflation hors alimentaire et énergie.
Une inflation qui a chuté à 2.8% sur la période d'avril à septembre.

CAR L'INFLATION BAISSE

Comme prévu.
Comme nous vous le répétons depuis plus de 18 mois.
Le scénario que nous avions écrit se déroule exactement comme prévu.
Pas parce que nous sommes particulièrement visionnaires mais parce qu'il correspond simplement aux mécanismes les plus basiques de l'économie.

ET NOTRE SCÉNARIO...

... ne change pas.
Je vous le rappelle.
Baisse en 2023 de l'inflation à la moitié de son niveau le plus élevé de 2022.
Nous y sommes.
Et baisse de l'inflation vers les 2% en 2024.

EN ZONE EURO...

... l'inflation baisse même plus vite que prévu.
Normal.
Repli de l'énergie.
Repli des prix alimentaires.
Mais aussi baisse de la demande du fait du ralentissement économique et du fait de la hausse des taux d'intérêt (trop) rapide.

SANS COMPTER...

... bien sûr tous les facteurs déflationnistes structurels que sont les "transitions": transition démographique, transition technologique, transition climatique avec son impact sur la (dé)croissance et transition sociétale avec le rapport au travail.

UN PLACEMENT ADAPTÉ

C'est parce que nous avions cette conviction sur la baisse de l'inflation qui allait entraîner la baisse des taux d'intérêt, en particulier en zone euro, que nous avons conçu un fonds à échéance obligataire pour bénéficier du dégonflement des taux d'intérêt : Meilleurtaux Horizon 2028, un fonds investi sur 75 obligations, majoritairement européens, qu'il conservera jusqu'à l'échéance 2028 et vise un rendement annualisé de 5%* net de frais à maturité.
>> Obtenez une information complète sur le fonds obligataire daté de Meilleurtaux Placement

À PART CA ?

QUOI DE NEUF ?

LA BOURSE A REBONDI...

... avec la décision de la FED de ne pas relever ses taux.
En 2024, la Bourse va être tiraillée entre l'effet positif de la baisse de l'inflation et donc des taux d'intérêt et l'effet négatif de la dégradation des résultats des entreprises du fait du ralentissement de l'économie.
Hier les investisseurs ont vu le verre à moitié plein et n'ont voulu voir que les bonnes nouvelles sur les taux.

ÉTONNANT

Dans le contexte géopolitique actuel, étonnant de voir la Chine, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Union européenne ou encore le Brésil et l'Arabie saoudite être d'accord sur quelque chose.
Avec une déclaration solennelle.
L'intelligence artificielle a réussi cet exploit, encore un.
C'est la "Bletchley Declaration" du nom du lieu en Angleterre où la réunion, historique donc, a eu lieu pendant deux jours.
Une déclaration pour s'assurer que l'intelligence artificielle se développe de façon contrôlée, responsable et au bénéfice de l'homme.
La preuve s'il en fallait que l'IA va bouleverser nos vies et plus rapidement que prévu.

WECRASHED

C'est fait.
C'est un évènement majeur.
La fin d'un cycle.
Le symbole de l'explosion d'une bulle.
WeWork a déposé le bilan.
Le WeWork qui valait 47 milliards de $, le WeWork qui soutenait seul le marché de la location de bureaux dans les grandes villes, le WeWork qui a perdu 40% de ce qui restait de sa valeur en un journée.
La fin d'une époque.

DU CÔTÉ DE TTSO

Par Time To Sign Off, l’excellente newsletter du soir qui résume le must de l’actu du jour
"Une langue vivante.
Depuis Villers-Cotterêts, le PR célèbre la langue française "souple et ordonnée, figée et mouvante, métisse et unifiée". En clair (si vous n’êtes pas bilingue français-Macron) : une langue vivante… et pas qu’un peu ! Le français est parlé aujourd'hui par 320M de personnes dans le monde (2/3 en Afrique) ce qui en fait la 5e langue la plus usitée derrière l’anglais, le chinois, l’hindi et l’espagnol mais devant l’arabe ou le russe. D’ici à 2050, le nombre de francophones dépassera même les 800M de personnes."
N'hésitez pas à vous abonner à la newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici

DU CÔTÉ DE VOTRE ARGENT

Par MoneyVox, le spécialiste de l'information sur l'argent (banque, crédit, impôt, etc.).
"Assurance auto au kilomètre : Quel coût ? Est-ce rentable ?
L'assurance auto n'a jamais coûté aussi cher qu'en 2023. Plus de 600 euros en moyenne. Et si vous souhaitez vous assurer tous risques, le prix de la cotisation augmente encore. Pour baisser la note, faut-il succomber à l'option au kilomètre pour assurer son véhicule ? Quels sont les avantages, les garanties et les limites de cette offre, encore peu connue en France ?"
>> Lire cet article sur Moneyvox.fr

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Sélina Seremet, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement.
"L'indice parisien entame le mois de novembre sur une note optimiste, marquant une ouverture en hausse de 0,75% pour la troisième séance consécutive, se positionnant à 6 983 points. Cette dynamique positive semble être en partie impulsée par l'annonce de Jerome Powell, de maintenir les taux d'intérêt inchangés.
Les regards se tournent désormais vers la Banque d'Angleterre, avec une anticipation forte autour de sa prochaine décision de politique monétaire. Par ailleurs, le marché attend avec intérêt les publications des résultats trimestriels de géants économiques comme Apple.
En Asie, la Bourse de Tokyo gagne 3,54% en 48h, à 31 949 points.
Le Brent s'échange à 85,62 $ (-2,46%).
L'once d'or se négocie à 1 984,95 $ (-0,53%).
L'euro/dollar évolue à 1,0599 $ (-0,21%)."

ON S'EN FOUT ?

Macron a déclaré qu'il ferait "quelque chose de complètement différent" de la politique après 2027: du théâtre peut-être ? mais ce n'est pas complétement différent de la politique; Le titre du jour dans le Parisien, une bonne nouvelle : "Les mines françaises vers un nouvel âge d'or", on a même du lithium, on est sauvés; La pensée du jour, le braqueur Rédoine Faïd : "les erreurs ne se regrettent pas, elles s'assument"; Ça se laisse voir : le documentaire en partie sur Netflix sur le parrain de la mafia de New York dans les années 80, John Gotti : "Get Gotti"; Je vais finir "Bodies" même si je comprends de moins en moins ce qui se passe; L'autre titre du jour, déprimant, dans le Figaro : "L'apologie du terrorisme atteint son paroxysme"; 25.3% des dépenses publiques sont les prestations sociales, en particulier les retraites, contre 14.9% en 1972; Je ne vais pas regarder la série "Polar Park", trop "farfelue" pour moi; Selon Challenges 45% des retraités font la sieste ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

A découvrir également

  • visuel-morning
    Placement : Tout le monde peut investir dans le luxe !
    29/03/2024
  • visuel-morning
    La valeur qui fait parler : Reworld Media
    02/04/2024
  • visuel-morning
    Vers la fin de l’avantage fiscal des donations démembrées ?
    26/01/2024
  • visuel-morning
    SCPI : les meilleurs rendements de 2023… et pour 2024
    20/03/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt