Un vrai western du business

lundi 04 avril
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 4 ans - Le 04/04/2016 à 07h29

On a tous les ingrédients, dans ce deal avorté, d'un véritable film passionnant de business : des acteurs de première catégorie, un enjeu majeur, des luttes d'egos, un étatisme à la française, des ambitions politiques. Il ne manque qu'un peu de sexe et de violence et le deal Orange Bouygues pourrait faire le meilleur thriller de l'année.

LA VRAIE HISTOIRE D'UN ÉCHEC

C'est très drôle ce matin : tous les médias affirment qu'ils ont tous "la vraie histoire" de l'échec de la négociation Orange Bouygues même si ces histoires sont toutes différentes en fonction des sources. Ce qui est fascinant dans cet échec c'est de voir à quel point les egos ont fait exploser un deal que TOUS les protagonistes avaient intérêt à voir aboutir. Ce deal ne pouvait pas échouer car Orange, Bouygues, Free, SFR et le gouvernement en tiraient tous un immense profit et pourtant il a échoué.

LES RESPONSABLES DE L'ÉCHEC

En tête Martin Bouygues qui, une fois de plus, fait capoter le deal du fait de ses exigences mais qui, surtout, n'a pas pu surmonter son antipathie profonde pour Xavier Niel et n'a jamais pu se faire à l'idée que Free puisse profiter de ce deal. Juste derrière le "pseudo prodige" Macron qui, persuadé que Bouygues était acculé à faire un deal, a voulu jouer le défenseur de l'État et prouver à la gauche qu'il était de gauche pour se ménager un rôle en 2017 et en 2022. En 3, Niel qui aurait eu des exigences importantes en essayant de tirer profit de la situation. Drahi lui était ouvert à tout car il a besoin de cette consolidation du marché français...

UN POSSIBLE GAGNANT

Et devinez qui pourrait être le gagnant de cet échec ??? Cherchez... Bolloré! Encore une fois. Il pourrait envisager un deal de rapprochement maintenant entre Telecom Italia, qu'il contrôle, avec un des grands opérateurs français.

CONSTAT D'ÉCHEC

Je vous avoue que j'ai été surpris du peu d'échos de l'interview hier au JDD du ministre de la Justice. Il a tout de même annoncé que son ministère "n'avait plus les moyens de payer ses factures" et que la Justice est "à bout de souffle". Un constat dramatique compte tenu de la situation actuelle de terrorisme et d'insécurité. Pas de réaction ou presque. Inquiétant.

GARE AUX LICORNES

C'est la patronne de l'Autorité des marchés américains qui a lancé cette affirmation, dénonçant les start-ups non cotées qui affichent des valorisations absurdes pour "en mettre plein la vue". La "course au milliard de valorisation" est une aberration et pourrait se révéler dangereuse pour les investisseurs.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Le coup de mou continue. Le pétrole est toujours sous pression du fait du haut niveau des stocks américains et de la montée en puissance de la production iranienne. Le dollar reste faiblard avec un euro proche des 1.14. Et ce malgré d'excellents chiffres de l'emploi aux États-Unis vendredi.

LES PANAMA PAPERS

Enquête de plus de 100 journaux. 11.5 millions de documents. Des révélations qui ont commencé à sortir hier. Des dizaines de milliers d'entités offshore établis au Panama pour faciliter l'évasion fiscale. Des centaines de personnalités citées. Des présidents comme Poutine ou l'ukrainien Porochenko, des sportifs comme Messi ou Platini et ce n'est que le début

ET ON REPARLE DE LA GRÈCE

Les négociations vont recommencer. Il s'agit de débloquer une nouvelle tranche d'aide avant l'été. Mais le FMI ne veut pas lâcher du lest tant que les états, et notamment l'Allemagne, n'acceptent pas un nouvel abandon de créance. Tsipras a donc poussé une gueulante contre le FMI en l'accusant de mettre en péril le deal en agitant à nouveau le risque de défaut. On est reparti pour un tour.

UN PATRON ÉTONNANT

Newrest, un des leaders français du catering, est une magnifique pépite française qui, en 20 ans, a atteint les 1.1 milliard d'euros de chiffre d'affaires et est candidate à la reprise de Servair. Je vous conseille d'écouter l'interview de son patron, trop discret dans les médias, Olivier Sadran dans C'est Votre Argent.

VIVA ESPANA

Rappelons tout d'abord que l'Espagne est un pays sans gouvernement. Depuis le 20 décembre. Aucune coalition n'a pu émerger et toute coalition qui pourrait émerger serait totalement bancale. Si la situation perdure, les Espagnols pourraient être rappelés aux urnes. Ce qui est intéressant, c'est que malgré cette situation, l'Espagne démarre l'année sur des chapeaux de roue. 2.9% de croissance en rythme annualisé sur le premier trimestre et une prévision pour l'année à 2.7%. C'est certes moins que les 3.2% de 2015 mais c'est tout de même un chiffre spectaculaire comparé à la France et même à l'Allemagne.

TOUS LES MOTEURS ESPAGNOLS

Tout tourne en Espagne. La consommation des ménages, l'investissement des entreprises, le tourisme qui bénéficie largement des problèmes géopolitiques dans le monde. Et bien sûr le fameux alignement des planètes extérieures du pétrole, des taux et de l'euro. Tout n'est quand même pas rose: L'Espagne a annoncé encore un déficit public très largement au-dessus des objectifs, 5.2% du PIB. L'autre problème dramatique de l'Espagne c'est son chômage. Mais il s'améliore. Il faut dire qu'on vient de 26% au plus fort de la crise. Et on attend un taux de chômage inférieur à 20% cette année. L'Espagne continue donc rebondir de façon assez spectaculaire et a affiché la meilleure performance des grandes puissances européennes faisant fi du chaos politique.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com