America First

mercredi 31 mars
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 2 mois - Le 31/03/2021 à 07h12

Quel retournement de situation !
Les États-Unis.
Les États-Unis qui faisaient la course macabre du Covid en tête.
Les États-Unis au système de santé tant décrié, surtout en France.
Les États-Unis montrés du doigt pour la gestion catastrophique de la crise sanitaire.
Retournement de situation complet.

UNE CAMPAGNE DE VACCINATION

Spectaculaire.
Massive.
Militaire.
L'objectif fixé par Biden, 100 millions de doses en 100 jours, a été pulvérisé.
D'ici quelques semaines, toute la population ou presque pourra se faire vacciner, quels que soient l’âge et l’état de santé.
Le pays reprend petit à petit sa vie normale.

CONSÉQUENCE DIRECTE

L'économie est "on fire".
Ce n'est pas un rebond.
C'est une explosion.
Explosion de la consommation.
Explosion de l'investissement des entreprises.
Et donc explosion de la croissance.

ET COMME SI...

...ça ne suffisait pas, Biden, qui s'est réveillé depuis qu'il est Président, rajoute sans cesse du carburant dans une machine déjà en surchauffe.
Plan de relance de 1 900 milliards de dollars.
Chèques de 1 400 $ distribués.
Et bientôt un Plan Marshall des infrastructures de 3 000 milliards de $.
Pour commencer.
On attend déjà le plan suivant.

CONSÉQUENCE DIRECTE

L'impact sur les marchés.
Le dollar fait la course en tête sur le marché des monnaies.
Les devises qui étaient restées dans un mouchoir pendant la crise sanitaire connaissent des trajectoires de plus en plus divergentes.
Divergentes comme la trajectoire économique des pays.
Divergentes comme la campagne de vaccination des pays.

DOLLAR EN HAUSSE

Mais également taux d'intérêt en hausse.
1,75% sur le taux d'emprunt d'État à 10 ans américain.
C'est certes encore historiquement bas.
Mais c'est un différentiel de 2% avec le taux allemand qui se situe à -0.30% sur la même période.
La hausse du dollar provoque mécaniquement la baisse de l'or.
Biden a fait sien le slogan de Trump : "Make America Great Again".

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

QUELLE SUCCESS STORY !

Pendant qu'AstraZeneca est plongé dans des problèmes de production et de distribution, le vaccin de Pfizer/BioNtech inonde le monde.
BioNtech a annoncé hier qu'elle allait augmenter sa production avec son partenaire américain de 25% à ...2.5 milliards de doses.
La valorisation de BioNtech a atteint les 25 milliards de dollars, trois fois plus qu'avant la crise sanitaire.
Bluffant.

LA UNE

De tous les journaux français.
Notre épidémiologiste en chef.
Macron.
Les Échos : "Covid : le dilemme de Macron" ou encore le Figaro "Macron sous la pression des partisans du confinement".
Le nombre de patients en réanimation a dépassé les 5000, rappelons que le pic en avril était au-dessus de 7000.
Pour le Parisien, le problème c'est "La fermeture des écoles : l'angoisse des parents".
Selon "des sources informées", la piste de la fermeture des écoles serait privilégiée.

J-19

Nous attendons les nouvelles annonces de Macron pour une mise à jour de notre compte à rebours, mais pour l’instant, nous restons sur un début de libération le 19 avril. Tenez bon. On va s’en sortir !
Nous sommes dans la dernière ligne droite.
La libération, la fin de la crise sanitaire est proche.

CONSÉQUENCE DE LA CRISE

La demande des logements explose.
La demande des bureaux chute.
La ville de Paris veut donc accélérer la transformation des bureaux en logements.
Pour une fois, c'est logique.
Mais les Échos rappellent que les conversions sont "complexes et couteuses".

LA CRISE À VENIR

Pour le FMI c'est clair.
La prochaine crise viendra des pays émergents.
La hausse des taux américains et la hausse du dollar vont provoquer un renchérissement du coût de la dette des pays émergents.
Une dette que beaucoup de pays émergents ne pourront pas rembourser.

LA TURQUIE...

...n'a pas attendu.
La livre turque s'est encore pris un pain.
Il faut dire qu'après avoir viré le patron de la banque centrale, jugé trop indépendant, Erdogan a viré son adjoint.
Au moins c'est clair, la Banque centrale turque n'est plus indépendante.
Et ça, les marchés n'aiment pas.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse MP
Le CAC40 a poursuivi son rebond hier : +1,21% à 6 088 points. Les valeurs bancaires ont porté l'indice parisien durant la séance. Elles ont clôturé en forte hausse, grâce à la progression des rendements obligataires. Société Générale signe la meilleure performance de l'indice français (+3,96 % à 22,57€), devant BNP Paribas (+3,85 % à 52,62 €). Cette hausse des valeurs cycliques est typique de la rotation sectorielle que nous vivons depuis plusieurs mois.
Aux États-Unis, Wall Street a clôturé dans le rouge. La hausse des rendements obligataires continue de peser sur le Dow Jones (-0,31%) et le Nasdaq (-0,11%). Au Japon, le Nikkei recule de 0,86%.
Le CAC 40 est attendu en légère hausse à l'ouverture.
Le Brent se négocie à 64,63 $.
L'once d'Or se négocie à 1 688 $.
L'euro/dollar est à 1,172 $.

ON S'EN FOUT ?

Deliveroo a revu à la baisse son cours d'introduction en Bourse; les candidats en lice sélectionnés pour la reprise de M6 sont : Bouygues (TF1), Vivendi, Niel, Kretinsky et Mediaset; Ruth Elkrief arrive sur LCI; Mode homme: "le sex appeal du T-shirt blanc" (Figaro); C'est toujours l'été; Aux États-Unis un enfant a hacké le compte Twitter de l'armée pendant quelques minutes, son père, responsable du compte Twitter du commandement militaire était en télétravail, s'est absenté quelques minutes et son fils a tapé:";l;;gmlxzssaw", certains ont cru que c'était le code nucléaire...; Pierre Ménès absent du Canal Football Club, jusqu'à nouvel ordre; Il y a 132 ans jour pour jour, le 31 mars 1889, la Tour Eiffel était inaugurée; L'annonce de la transformation de la marque Volkswagen en Voltswagen était une blague, mdr.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com

visuel-morning
JOURNAL DE MONFINANCIER Taxer les winners