La fin du « Made In China ». Et du modèle chinois ?

mardi 11 août
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 mois - Le 11/08/2020 à 08h40

Une page se tourne en Chine.
Samsung, le géant coréen, vient d’annoncer la fermeture de sa dernière usine de PC et de portables en Chine.
Trop risqué dans le contexte de la guerre commerciale avec les États-Unis. Et surtout trop cher. Samsung n’est pas le seul grand groupe à délaisser la Chine pour le Vietnam ou l’Inde.

DÉCROISSANCE

La Chine traverse une période compliquée.
Avec le coronavirus bien sûr.
Mais elle avait déjà affiché en 2019 sa croissance la plus basse depuis 30 ans.
Et les chiffres réels sont probablement nettement inférieurs aux chiffres officiels.
Le temps des croissances à deux chiffres est révolu.
Le seuil des 8%, qu'on considérait comme infranchissable, car il représentait le seuil de maintien de l'emploi, a également été cassé.

UNE CAUSE CONJONCTURELLE

La Chine subit évidemment de plein fouet la guerre commerciale lancée par Donald Trump.
La Chine était le premier partenaire commercial des États-Unis.
Et d’autres partenaires commencent à lui tourner le dos, de peur de représailles américaines.
L'an dernier, Foxconn, premier sous-traitant électronique mondial (fabriquant notamment des iPhones), avait décidé de délocaliser une part de sa production en Inde, notamment à cause de la guerre commerciale. Wistron, autre fournisseur d'Apple, avait suivi le pas en délocalisant en Inde, au Vietnam et au Mexique, du fait de "signaux de la part de nos clients".
Mais ce n'est pas la seule raison...

UNE CAUSE STRUCTURELLE

Le déclin du modèle chinois avait commencé avant le conflit commercial avec Trump.
La Chine avait choisi de sortir de la crise de 2008 en se focalisant sur la consommation intérieure et plus seulement sur les exportations.
La main d’œuvre chinoise est aujourd’hui bien plus chère que dans des pays voisins comme le Vietnam. Elle est plus qualifiée certes, mais la période actuelle est à la baisse des coûts.
Et si la Chine avait prévu la baisse de ses exportations, celle-ci devait être progressive et compensée par la hausse de la consommation. Or, avec le conflit commercial et la crise sanitaire, non seulement les exportations chutent, mais la consommation est loin de prendre le relai.

LA CARTE TAÏWAN

Le conflit sino-américain n’est pas près de s’apaiser.
Washington a choisi d'envoyer un de ses ministres à Taiwan, du jamais-vu depuis 1979.
Malgré la colère de Pékin, les États-Unis réaffirment leur soutien à l'île nationaliste.
Et Trump continue, à quelques mois des élections, de renforcer son image de défenseur des États-Unis face à la menace chinoise.

LA CASSANDRE DU JOUR

La Banque de France.
Selon l’institution, l’économie française montre des signes d’essoufflement, après avoir fortement rebondi ces trois derniers mois.
Les économistes de la banque centrale estiment qu'en juillet, l'activité a été 7 % inférieure à la normale. Donc en amélioration par rapport au -9 % du mois de juin. Mais les dernières données suggèrent une stabilisation en août.

SOLDES AU RABAIS

Autre signe des difficultés en France, les soldes qui s’achèvent aujourd’hui ont été décevantes.
Pas aidées par la crise, le décalage post confinement, ou encore la canicule.
Mais l’échec montre surtout les limites du principe. Une nouvelle fois, l'équipement à bon prix et la recherche de la bonne affaire l'ont emporté sur le shopping plaisir.
Et une nouvelle fois, les seuls gagnants sont les cybermarchands, et notamment les grands groupes américains…

LA FAUSSE BAISSE DU JOUR

Technicolor.
Le titre a ouvert hier en baisse… mais dans le vert de presque 30 % selon les sites d’informations financières.
Les mystères de la finance ?
Pour en savoir plus, n'hésitez pas à lire notre article du jour sur ce sujet ici.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Richard Garnier, Analyste Bourse MP.
Le CAC 40 a terminé la séance d’hier en hausse de 0,41 % à 4 909 points, dans des volumes d'échanges assez faibles.
Une séance au parfum de vacances estivales avec peu d'actualités du côté des entreprises.
L’indice phare de la place parisienne a tout de même été tiré par les valeurs cycliques qui se sont un peu ressaisies (Renault +5,80 %, Accor +4,41 %, Airbus +3,98 %).
Outre-Atlantique, le Dow Jones et le Nasdaq ont fini en ordre dispersé. Le premier a gagné 1,30 % et l’indice des techs Us a reculé de 0,39 %.
L'offensive américaine sur TikTok pèse toujours sur les valeurs technos.
Ce matin, à Tokyo, le Nikkei a fini en hausse de 1,88 %, soutenu par l'annonce d'une hausse de l'indice de confiance du secteur des services au Japon au mois de juillet.
Le CAC 40 est attendu cette matinée dans le vert. Les investisseurs espèrent la reprise des négociations à Washington sur le plan de relance.
Le Brent se négocie à 45,1 $
L’once d’Or se négocie à 1 990 $.
L'euro/dollar est à 1,173.

ON S’EN FOUT ?

Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a annoncé hier soir sa démission; Barclays sous le coup d'une enquête au sujet d'un programme de surveillance des salariés de la banque; Une conférence de presse de Trump a été interrompue après des tirs devant la Maison Blanche, Castex est sur tous les fronts; Vivendi a signé un pacte d'actionnaire avec Amber pour stabiliser l'actionnariat de Lagardère sur lequel ils sont respectivement premier et deuxième actionnaires; McDonald’s accuse son ex-PDG, licencié pour une liaison avec un membre du personnel, d’avoir caché d’autres liaisons avec des employés et veut récupérer les indemnités de licenciement (ils ne plaisantent pas avec ça les Américains...); « En quoi vous voyez que je suis chaude ? », « Déjà, vous êtes en robe »… une femme de 28 ans a enregistré sa conversation avec un chauffeur VTC, la plateforme l’a suspendu.

GAUTHIER MAES

Responsable media
Meilleurplacement.com

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com