La locomotive de l’Europe

jeudi 31 octobre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 2 mois - Le 31/10/2019 à 08h10

La croissance française a atteint 0.3% au troisième trimestre. Comme aux premier et second trimestres. Un « rythme de croisière » selon Les Échos. Un rythme plus élevé que les autres pays de la zone euro. La France, championne de la croissance ?

LE PAYS LE PLUS ATTRACTIF

Au troisième trimestre, selon les dernières estimations de l'Insee publiées hier, la croissance économique s'est affichée en hausse de 0,3%, un rythme identique à celui des deux premiers trimestres de l'année.
Dans ses prévisions d'été, la Commission européenne tablait sur une croissance de 1,3% en 2019, contre 0,5% en Allemagne, 0,1% en Italie, 1,3% au Royaume-Uni et 1,2% en Belgique.
« Nous sommes devenus le pays le plus attractif de la zone euro», se félicite le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.
Vraiment, Bruno ? Et le chômage ? Et les violences ? Et les grèves ? Et la fiscalité ?

LA MÉMOIRE COURTE

On oublie quand même vite que la France a galéré pendant plusieurs années avec une croissance inférieure à celle de tous les autres pays européens.
Quelques chiffres de la Banque Mondiale :
Croissance française ces 5 dernières années : 0.96 % en 2014, 1.11 % en 2015, 1.10 % en 2016, 2,26 % en 2017 et 1,72 % en 2018.
Croissance de la zone euro : 1.39 % en 2014, 2.10 % en 2015, 1.90 % en 2016, 2.44 % en 2017 et 1,91 % en 2018.
Croissance de l’Allemagne : 2.18 % en 2014, 1.74 % en 2015, 2.24 % en 2016, 2.16 % en 2017 et 1,43 % en 2018.
Croissance de l’Espagne : 1.38 % en 2014, 3.64 % en 2015, 3.17 % en 2016, 2.98 % en 2017 et 2.58 % en 2018.
Au final, sur 5 ans, la croissance française a été 1.5 fois plus faible que celles de l’Allemagne et de la zone euro en général, et 2 fois plus faible que celle de l’Espagne.

UN TRAIN DE RETARD

En 2019, le retard va, un peu, se combler.
Mais il y a encore beaucoup de travail pour rattraper le retard accumulé, par exemple sur l’emploi et le déficit.
Le chômage en France culmine toujours à 8.5%, contre 7.5% en moyenne en zone euro et 3.1% en Allemagne.
La dette publique de la France devrait dépasser les 100% cette année, contre 86% en zone euro et 60% en Allemagne.

LOCOMOTIVE MONDIALE (LA VRAIE)

L’activité aux états-Unis a progressé de 1.9% au troisième trimestre.
La croissance freine (2% au T2) mais fait mieux qu’anticipé (1.5% attendu).
S&P Global Ratings prévoit désormais une progression du PIB américain de 2,3 % cette année.
Par ailleurs, les créations d'emplois se sont accélérées dans le secteur privé en octobre.
Ce sont des bonnes nouvelles, mais ne le criez pas trop fort, au cas où la Fed vous entende…

JUST IN CASE

La bonne résistance de l’économie américaine n'a pas empêché la Fed de baisser ses taux, une troisième fois de suite.
Pour justifier cette baisse, alors que la croissance reste élevée et le chômage au plus bas, Jay Powell, le patron de la Fed, la présente comme une «assurance» contre les incertitudes liées au commerce et au ralentissement de la croissance mondiale.
C’est surtout une baisse pour faire plaisir à son patron, Donald Trump.

LES PIEDS DANS LE PLAT

C’est demain que Christine Lagarde prendra ses fonctions à la tête de la BCE.
Si elle n’a pas souhaité s’exprimer sur sa future politique monétaire, on sait déjà qu’elle devrait poursuivre dans la lignée de Mario Draghi qu’elle a défendu (« si la BCE n’avait pas fait ça, est-ce qu’on n’aurait pas aujourd’hui une situation avec beaucoup plus de chômage, avec une croissance encore plus réduite ? »).
Elle devrait surtout faire le forcing pour pousser les états à faire de la relance.
Elle s’est d’ailleurs fendue d’un tacle sur l’Allemagne et les Pays-Bas qui «n’ont pas vraiment fait les efforts nécessaires » en matière de relance.
Encore un président de BCE que l’Allemagne va apprécier…

DIVERSIFIER POUR MIEUX RÉGNER...

Apple a annoncé au 4ème trimestre un chiffre d'affaires de 64,04 milliards de dollars, le meilleur chiffre d'affaires jamais réalisé par la marque à la pomme à cette période de l'année.
Pourtant, les ventes d'iPhone accusent un recul de 9.3%.
Mais le géant américain a surtout profité de la poussée des recettes de son activité de services, qui a généré 12,51 milliards de dollars. Les ventes d'accessoires ont aussi fortement progressé, générant 6,52 milliards de dollars, soit une hausse de 54% par rapport à la même période l'an dernier.
Apple poursuit sa stratégie de diversification et de réduction de sa dépendance à l'iPhone, et ça paye.

...OU S'UNIR

Peugeot SA et Fiat Chrysler ont annoncé ce matin dans un communiqué leur projet de fusion.
La nouvelle entité sera détenue à 50/50 par les deux groupes.
Le nouveau groupe sera le numéro 4 mondial avec 8,7 millions de véhicules produits chaque année.
Les synergies sont estimées à approximativement 3,7 milliards d’euros par an « sans fermeture d’usine ».
Carlos Tavares, actuel président du directoire de PSA, deviendra le directeur général du nouvel ensemble pour une durée minimum de cinq ans, tandis que John Elkann, président de Fiat Chrysler Automobiles (FCA), conservera la présidence de l'ensemble.

VOTRE ARGENT DU JOUR

Dans la tourmente depuis quelques semaines, les fonds en euros des contrats d'assurance-vie ont trouvé un fervent défenseur, en la personne de Bruno Le Maire. Invité de la Conférence internationale de la FFA (Fédération française de l'assurance), le ministre de l'Économie et des Finances a estimé que le fonds en euros avait « vocation à garder une place importante dans l'épargne des Français, qui ont besoin de stabilité et de prévisibilité ». Il s'est ainsi montré défavorable à toute remise en cause de la garantie du capital du fonds en euros.
Bruno Le Maire a cependant estimé qu'avec les taux bas, la diminution des rendements des fonds en euros était « inexorable » et qu'il fallait proposer aux épargnants de nouvelles sources de diversification.
« On garde des fonds classiques, avec des rendements plus faibles, et on travaille tous ensemble à offrir de nouveaux produits ».

JUSTEMENT, ON Y TRAVAILLE

On vous en a parlé hier : Spirica et Amundi Immobilier ont lancé il y a quelques semaines la SC Tangram, une société civile dont l’objet est la gestion d’un patrimoine immobilier direct et indirect (SCPI, foncières cotées, fonds immobiliers, etc.). Un bon véhicule pour bénéficier du rendement et de la solidité d’un investissement immobilier. Et pour le lancement, les frais d’entrée sont réduits de 2 % à 0,5 %.
Une opportunité de placement solide et à moindre frais : voici la SC Tangram.

LE TTSO DE LA SEMAINE

… pour Ursula Von der Leyen, future boss de la Commission européenne. Après le rejet de 3 de ses Commissaires (dont Sylvie Goulard) par le Parlement européen, la nomination de Thierry Breton par Macron n'arrange pas forcément les choses. En cause : de possibles conflits d’intérêts du Français avec ses nouvelles et anciennes fonctions chez Thomson ou chez Athos. Résultat : son portefeuille XXL (industrie, marché intérieur, numérique, défense) pourrait être largement redécoupé.
N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Hier, à quelques heures de la communication de la Fed, le CAC 40 avait terminé en hausse de 0.45 % à 5 765 points sans aucune conviction et dans de faibles volumes.
A Wall Street, le Dow Jones et le Nasdaq ont clôturé en gain de respectivement 0.43 % et 0.44 % après les décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Comme largement attendu par les investisseurs, le Comité monétaire de la Fed a en effet décidé de baisser d'un quart de point de pourcentage (0,25%) les taux au jour le jour, dans une fourchette de 1,50% à 1,75%. Il s'agit de la troisième baisse d'affilée en trois mois.
A Tokyo, ce matin, le Nikkei a gagné 0.37 %. La Banque du Japon a décidé de laisser inchangée sa politique monétaire mais elle a surtout indiqué qu'elle pourrait à l'avenir pousser davantage les taux d'intérêt en territoire négatif face aux risques pesant sur l'économie japonaise.
Le CAC 40 est attendu à l’équilibre cette matinée. A noter que la Fed a exprimé sa volonté de faire une « pause » dans ses baisses de taux.
Le Brent se négocie à 61.00 $ le baril contre 61.52 $ hier matin. L'once d'Or est à 1 498.00 $ contre 1 487.90 $ précédemment et la parité euro/dollar est à 1.1162 contre 1.1121 hier dans la matinée.

ON S’EN FOUT ?

La France reste en 2018 le pays à la fiscalité la plus élevée dans l'UE ; La Chambre des représentants américaine, à majorité démocrate, a voté une résolution formalisant l’enquête en vue de destituer le président et autorisant des auditions publiques; Facebook va payer une amende de 500 000 £ (579 706 €) liée au scandale de Cambridge Analytica ; Emmanuel Macron s’est rendu hier soir à Rouen, pour examiner les conséquences de l’incendie de l’usine chimique Lubrizol et a affirmé ne pas « avoir vu de défaillances » des services de l’état, ouf on est rassuré ; Le broyage des poussins mâles dans les élevages industriels devrait être interdit à la fin 2021, a indiqué le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume ; Le Chili renonce à organiser la COP 25 à cause de la crise sociale qui secoue le pays depuis une dizaine de jours ; Twitter n'acceptera plus de publicités à caractère politique dans le monde entier (ils ont prévenu Trump ?) ; Le conseil municipal de New York a adopté un texte interdisant la commercialisation du foie gras à partir de 2022.

GAUTHIER MAES

Responsable media
MonFinancier.com

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com