Mardi 14 novembre

Les taux d'intérêt à long terme baissent peu.
Ils vont baisser, mais lentement.
Pourtant l'économie ralentit.
Pourtant l'inflation recule.
Il y a une explication.
L'addiction aux déficits publics qui provoque une envolée des dettes des États les plus dépensiers.
Explications.

AVEC LE RALENTISSEMENT...

...de l'économie, le reflux de l'inflation et la fin du cycle de hausse des taux par les banques centrales, les taux à long terme devraient baisser.
Rappelons qu'en théorie, les taux à long terme doivent être égaux au taux de croissance estimé sur la période plus le taux d'inflation estimé sur la période.
Mais il y a un facteur qui se rajoute à cette équation.

LA PRIME DE RISQUE

Celle liée à l'endettement d'un État.
Prenons l'exemple de la France.
Avec un taux de croissance sur 10 ans en moyenne à 1.5% et un taux d'inflation de 1.5%, on devrait avoir un taux d'emprunt de l’État à 10 ans de 3%. Or le taux d'emprunt à 10 ans oscille entre 3.25% et 3.50%.
Les 0.25% à 0.50% sont la "prime de risque" due à nos déficits chroniques et notre dette abyssale.
C'est encore plus frappant pour l'Italie.
Croissance à 10 ans : 1.5%
Inflation à 10 ans : 1.5%
Taux à 10 ans : 4.6% donc une prime de risque de 1.6%.

L'EFFET DES CRISES

Depuis la crise des subprimes de 2008, la crise de l'euro de 2010, et surtout depuis le Covid, les États ont augmenté significativement leurs dépenses publiques pour soutenir les économies.
Certains pays ont en contrepartie, par discipline ou sous contrainte, réduit leurs dépenses publiques comme l'Allemagne, les Pays-Bas mais aussi la Grèce ou le Portugal.
D'autres comme les États-Unis, la France ou l'Italie ont dépensé sans compter et sans prendre aucune disposition pour réduire les dépenses publiques.

ET CE DÉLIRE DE DÉPENSES...

...nous rattrape.
L'Italie attend avec anxiété de savoir si l'agence de notation Moody's va dégrader la note de sa dette.
Rappelons qu'elle n'est qu'à un palier au-dessus de la notation junk (pourrie) avec une perspective négative.
Les perspectives sur la dette américaine sont également négatives, et aux États-Unis, on a en plus le cirque du relèvement du plafond de la dette qui va reprendre dans quelques jours.
La France, elle, est relativement épargnée, car c'est le passager clandestin de l'Allemagne.

LES CIGALES

Quand les taux étaient bas ou négatifs, les cancres ont dépensé sans compter pendant que les fourmis préparaient l'hiver.
L'hiver est arrivé avec la hausse des taux, et les cigales ne peuvent plus danser ni chanter, et elles commencent même à pleurer avec le coût exorbitant des intérêts sur leur dette exorbitante qui ampute leur croissance de près de la moitié.
Cela ressemble à une fable mais c'est malheureusement la réalité.

À PART ÇA ? QUOI DE NEUF ?

LE COMEBACK DU JOUR

What a surprise !
Regardez qui revoilà...
David Cameron.
L'ancien Premier ministre britannique.
Il devient ministre des Affaires étrangères.
En remplacement de Suella Braverman considérée comme étant trop "à droite".
David Cameron qui avait eu l'idée d'organiser un référendum sur le Brexit à la suite duquel il avait démissionné.
Étonnant.
J'ai hâte de savoir quel nouveau projet de référendum il a.

LE GOULET D’ÉTRANGLEMENT DE L'EMPLOI

Il disparaît progressivement.
Même aux États-Unis.
Le déséquilibre post-Covid se corrige.
Dernier signe : les embauches de travailleurs temporaires pour les périodes de fin d'année.
Au plus bas depuis 10 ans si on se réfère aux annonces d'emplois.
Et de moins en moins de difficultés pour remplir les postes proposés.
Back to normal.
Encore un verrou qui saute.
Et la dernière digue de la croissance US qui se fissure.

LA RUSSIE CONTINUE À VENDRE...

...massivement son pétrole.
Et, cerise sur le gâteau noir, à un prix supérieur au "plafond" imposé des 60 $.
En fait cette sanction-là ne marche pas.
Mais alors pas du tout.
Les Russes ont contourné les sanctions avec des circuits de ventes détournés.
Grâce à l'aide des pays du Golfe, de la Turquie ou encore de l'Inde ou encore en gonflant artificiellement le coût du transport.
Un bide donc.
Et des revenus qui permettent à la Russie de continuer à financer sa guerre en Ukraine.

A VOIR OU REVOIR

Le nouvel épisode de notre série « Les placements, un jeu d’enfants ».
Un épisode exceptionnel qui traite de la succession, l’assurance-vie et la clause bénéficiaire. Des sujets particulièrement complexes, et pourtant très important car tout le monde est confronté un jour ou l’autre (malheureusement…) à une succession.
Avec une question primordiale : comment à la fois protéger le conjoint survivant et optimiser la transmission à ses enfants ?
Heureusement, quand on vous l’explique avec des Playmobil et un jeu de bille, cela devient…un jeu d’enfants !
>> Voir la vidéo : Les placements un jeu d'enfant ! Assurance-vie, clause bénéficiaire et démembrement

DU CÔTÉ DES PLACEMENTS

Par Olivia Boulay, chargée de contenu patrimonial, Meilleurtaux Placement.
"La bonne nouvelle du jour : Le remboursement, dès la première année et avec un gain de 10%*, de notre produit M Ambition 2.
Lancé en septembre 2022, ce produit permettait de viser un rendement attractif de 10 % par an avec une échéance maximale de 10 ans, mais aussi des possibilités de remboursement anticipé au bout d’un an puis tous les semestres si l’indice de référence dépassait son niveau initial.
Une possibilité devenue réalité dès la première date de constatation (10/11/2023) ! Les épargnants n’ont donc pas eu à attendre l’échéance du produit (en 2032) pour obtenir le remboursement du capital investi majoré d’un gain de 10 % par an.
Cette bonne nouvelle ne vient pas seule puisque Meilleurtaux Placement va très prochainement lancer un produit aux caractéristiques similaires, qui permettra en plus d’obtenir un gain même dans le cas où l’indice supportait une légère baisse par rapport à son niveau initial. "
>> Soyez alerté(e) en priorité lors du lancement de ce nouveau produit

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement.
"La semaine commence calmement pour les principaux indices européens, le CAC 40 a progressé hier de 0,6%, à 7 087 points. Ce matin, il ouvre en hausse de 0,1% et se rapproche des 7 100 points.
Au programme de cette semaine : les derniers chiffres de l’inflation. Aujourd’hui à 14h30 pour les États-Unis et vendredi à 11h pour la zone euro. Dans les deux cas, le marché s’attend à un ralentissement assez marqué. Powell a récemment déclaré que de nouvelles hausses de taux n’étaient pas exclues. Dans ce contexte, une nouvelle baisse de l’inflation américaine serait perçue comme un signal positif pour les marchés cet après-midi, éloignant le spectre de futures hausses des taux.
En Asie, la Bourse de Tokyo gagne 0,34%, à 32 696 points.
Le Brent s'échange à 82,7$ (+2,36%).
L'once d'or se négocie à 1 945,4$ (+0,31%).
L'euro/dollar évolue à 1,071$ (+0,13%)."

ON S'EN FOUT ?

Les ménages les plus modestes vont avoir accès à une voiture électrique pour 100 euros par mois ; Le titre du jour dans les Échos : "Start-up : droit dans le mur?", on ne dit pas rien mais vous savez ce qu'on en pense ; La Pink Lady est devenue la reine des pommes, j'en mange ; Zut les cours du cacao sont à un niveau record, et je mange aussi du chocolat ; L'autre titre du jour dans Le Parisien : "Collège : le niveau stagne, voire régresse" s'alarme Gabriel Attal ; Madonna à l'Accor Arena pour fêter ses 40 ans de carrière, ça ne nous rajeunit pas ; La tuile du jour : La série "D'argent et de sang" (toujours excellente) est en fait diffusée en deux parties, 6 épisodes disponibles, et pour les 6 suivants il faudra attendre janvier, ça m'énerve ; Orpea lance une augmentation de capital massive ; La bonne nouvelle du Figaro : "La ponctualité du RER progresse à petits pas" ; Sortie d'un album live inédit de Jimi Hendrix (oui je sais...ok! boomer) ; La biographie d'Elon Musk, pourtant excellente, fait un bide en ventes mais elle dépasse tout de même le livre d'Alain Juppé ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

* HORS FRAIS DE GESTION DU CONTRAT, FISCALITÉ ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX APPLICABLES, SOUS RÉSERVE DE L’ABSENCE DE DÉFAUT, D’OUVERTURE D’UNE PROCÉDURE DE RÉSOLUTION ET DE FAILLITE DE L’ÉMETTEUR ET DU GARANT ET DE LA CONSERVATION DU TITRE DE CRÉANCE JUSQU’À SON REMBOURSEMENT FINAL. EN CAS DE SORTIE EN COURS DE VIE ALORS QUE LES CONDITIONS DU REMBOURSEMENT FINAL NE SONT PAS RÉUNIES, LE MONTANT REMBOURSÉ DÉPENDRA DES PARAMÈTRES DE MARCHÉ EN VIGUEUR ET ENGENDRERA UN GAIN OU UNE PERTE NON MESURABLE A PRIORI. LA PERTE EN CAPITAL, NOTAMMENT, POURRA ÊTRE PARTIELLE OU TOTALE. LES PRODUITS STRUCTURÉS PRÉSENTENT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL ET DOIVENT S'ENVISAGER SUR UNE PÉRIODE D'INVESTISSEMENT POUVANT COURIR JUSQU'À LEUR ÉCHÉANCE. PAR CONSÉQUENT, ILS NE SONT PAS ADAPTÉS À DES INVESTISSEURS SOUHAITANT SORTIR AVANT L'ÉCHÉANCE DU PRODUIT OU ÂGÉS DE PLUS DE 70 ANS. MEILLEURTAUX PLACEMENT RECOMMANDE À TOUT SOUSCRIPTEUR INTÉRESSÉ PAR UN INVESTISSEMENT DANS UN PRODUIT STRUCTURÉ DE CONTACTER SON CONSEILLER AFIN D'ÊTRE ACCOMPAGNÉ DANS L'APPRÉCIATION DE SON CARACTÈRE APPROPRIÉ, ET CE NOTAMMENT AU REGARD DES RISQUES INHÉRENTS AU SUPPORT ENCOURUS, DÉTAILLÉS DANS SA DOCUMENTATION JURIDIQUE ET COMMERCIALE DISPONIBLE SUR NOTRE SITE INTERNET OU AUPRÈS DE NOS CONSEILLERS.

A découvrir également

  • visuel-morning
    5 chiffres pour comprendre M Rendement 12, notre nouvelle opportunité d’investissement
    23/02/2024
  • visuel-morning
    La pépite de la semaine par Euroland Corporate
    26/02/2024
  • visuel-morning
    Quelle est la performance réelle d’un investissement en FCPI ?
    30/11/2023
  • visuel-morning
    SCPI : le moment de se tourner vers le tourisme ?
    06/10/2023
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt