Les marchés et les élections américaines

mardi 08 septembre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 mois - Le 08/09/2020 à 07h21

Les sondages se suivent et se ressemblent.
Même si Trump rebondit depuis quelques jours, il accuse toujours un retard par rapport à Joe Biden.
Dans cette dernière ligne droite, les investisseurs tentent de se positionner par rapport aux différents scénarios possibles.
Ce qui donne des indications précieuses sur leurs anticipations.

LA PREMIÈRE CONSTATATION...

...quand on regarde le niveau général des indices boursiers américains, c'est que la victoire de Joe Biden, Joe Hiden comme le surnomme maintenant Trump, ne fait pas peur aux investisseurs.
Malgré l'avance de Biden dans les sondages, les indices boursiers tutoient leurs records historiques.
Les hausses d'impôts anticipées, impôts sur les sociétés, impôts sur les revenus, et le retour de la réglementation bancaire, ne suffisent pas à provoquer une inquiétude.

ÉVIDEMMENT

Même si personne ne l'avouera, un deuxième mandat de Trump serait accueilli favorablement par les investisseurs, d'un point de vue financier, tant l'impact de son premier mandat leur a été favorable.

NON

Il y a maintenant un scénario qui inquiète.
Et on le sait car depuis quelques jours des traders et des investisseurs achètent des options à la baisse, c'est-à-dire l'équivalent de contrats d'assurance contre une baisse des indices boursiers.
Ce scénario c'est un résultat serré.
Notamment dans un swing state.

UN REMAKE DE 2000

Avec le comptage des voix en Floride entre Bush et Al Gore.
Mais nous ne sommes pas en 2000.
Et Trump n'est pas Al Gore.
En cas de marge étroite, on peut s'attendre à ce que Trump ne reconnaisse pas sa défaite et qu'il conteste les résultats.
Et dans le climat de tension actuel, cela pourrait évidemment déclencher des affrontements.
C'est le scénario cauchemar pour les marchés. Et pas seulement pour les marchés.

LE DÉLIRE CONTINUE

Le Brexit.
On l'avait presque oublié celui-là.
On nage en plein délire.
Alors que la Grande-Bretagne doit impérativement se séparer à la fin de l'année, Londres multiplie les initiatives douteuses.

HIER

Le Financial Times a révélé que Londres était prêt à remettre en question les points essentiels déjà négociés, à commencer par le problème de la frontière avec l'Irlande.
Un casus belli pour l'Union Européenne.
Nul ne sait si l'ultimatum pour un accord avant le 15 octobre lancé par Johnson est un coup de bluff.
Mais le scénario d'un "no deal" Brexit inquiète à nouveau.
Nous sommes persuadés qu'il y aura accord, en dernière minute certes, mais accord tout de même : Londres ne peut pas se payer le luxe de se détacher brutalement de l'Union Européenne.

EN ALLEMAGNE

La production industrielle n'a progressé "que" de 1,2% en juillet.
Et les économistes s’inquiètent d'un essoufflement de la reprise en Europe.

NOUS N'Y CROYONS PAS

Nous pensons que dans les mois qui viennent la croissance va plutôt surprendre favorablement.
Après un arrêt de la croissance comme on l'a connu avec le confinement, la reprise se fait par étapes.
Comme en plongée. On plonge, et on remonte par paliers (belle image...).
Nous sommes assez positifs sur le rebond de la croissance, un rebond alimenté par l'effet retard et par les banques centrales et les plans de relance des gouvernements.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Richard Garnier, Analyste Bourse MP.
Profitant de la fermeture des marchés américains, le CAC 40 a terminé en nette hausse de 1,79 % à 5 053 points hier.
L'absence de Wall Street (Labor Day) a permis aux investisseurs de se concentrer sur les marchés européens sans se préoccuper du risque de "bulle" des géants de la tech US.
Ce matin, à Tokyo, le Nikkei a fini en hausse de 0,80 %.
Le CAC 40, lui aussi, est attendu dans le vert cette matinée. Les acteurs du marché regarderont avec attention les données détaillées du PIB de la zone euro au titre du deuxième trimestre.
Le Brent se négocie à 41,8 $.
L'once d'Or se négocie à 1 926 $.
L'euro/dollar est à 1,181.

ON S'EN FOUT ?

Terrible cette expression en une du Parisien sur l'emploi des jeunes : "la génération Covid"; 125 millions distribués pour moderniser les abattoirs, c'est Noël; Le gouvernement plancherait sur un cadeau fiscal : une donation de 100 000 € non taxée aux enfants dans deux cas : la création d'une entreprise ou la construction d'une résidence principale (ou la rénovation énergétique de la résidence principale du descendant); Vous voulez construire un capital à vos enfants en vue de l'acquisition de leur résidence principale (tout en bénéficiant de réductions d'impôt) ? Pensez au PER : le PER, le Plan d’Épargne… Logement pour vos enfants ; Un homme contrôlé sans masque mord un policier à l'omoplate, il a été mis en garde à vue; "Est condamné à 300 euros avec sursis le retraité qui envoie un mail à "Monseigneur Macron", ce "trou du ..." pour le prévenir qu'il va venir "lui botter les fesses", Tribunal de Vesoul 10/10/2019 (Curiosités Juridiques); Documentaire sur le pain ce soir sur Arte; Le casting pour la comédie musicale avec les tubes de Sardou a commencé, présentez-vous.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com