Mario Draghi joue avec le feu

lundi 19 décembre
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 8 ans - Le 19/12/2011 à 07h12

Dans une interview au Financial Times il continue de faire preuve d'un entêtement et d'un aveuglement total et pense, de ce fait, obtenir une citoyenneté d'honneur allemande. Il croit beaucoup à l'efficacité de ses prêts à trois ans, sans limitation, aux banques : il se trompe, Mario Von Draghi.

Est-ce que les marchés espèrent beaucoup de l'ouverture de prêts à 3 ans aux banques par la Banque Centrale européenne?
Rappelons en quoi consiste cette mesure qui a été annoncée comme mesure phare de la BCE pour soutenir la zone euro. À partir de mercredi, les banques européennes pourront emprunter autant d'argent qu'elles veulent, à 3 ans, à un taux proche de un pour cent . L'espoir de la BCE et des politiques européens, c'est que les banques européennes viennent se financer à 1% ou moins pour investir instantanément dans des emprunts d'État européens Italiens ou Espagnols à 5 ou 6 % voire plus et bénéficier ainsi d'un écart de taux et de profits faciles. Cela éviterait à la Banque Centrale européenne d'acheter elle-même des emprunts d'État sur les marchés.

Mais les banques qui emprunteront de l'argent à la BCE n'auront pas l'obligation d'acheter des emprunts d'état
Pas du tout. On compte une fois de plus sur le bon vouloir des banques. On leur fait un chèque en blanc et on espère qu'elles feront ce qu'elles doivent faire. Mais cela ne marche pas comme cela. Tout d'abord, rappelons que les banques européennes ont encore des stocks de dettes européennes dont elles rêveraient de se débarrasser. Cette mesure pourrait au mieux ralentir la grande braderie de dettes souveraines qu'on subit depuis des semaines. D'autre part, les banques n'ont pas confiance. Elles se disent que prêter aujourd'hui à 6% à l'Italie en empruntant à 1% à la BCE, c'est une bonne affaire sauf si on a un scénario Grec pour l'Italie.

C'est donc une mesure qui ne va servir à rien ?
A rien peut être pas. Mais c'est encore une mesure avec laquelle la banque Centrale Européenne tourne autour du pot. Mario Draghi fait tout pour éviter que la BCE fasse la même chose que la Banque d'Angleterre, ou la FED qui soutiennent sans limites leurs marchés de la dette. Il essaie de gagner du temps en espérant qu'un miracle se produise, mais cela n'arrivera pas. La BCE n'a pas d'autre choix que d'intervenir massivement. En retardant cette action inévitable, elle joue avec le feu et provoque une vraie incertitude sur l'avenir de la zone euro et de l'euro. Cette ouverture de robinet pour les banques ne résoudra pas la crise.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com