Lundi 25 septembre

Les amateurs de séries (on en a tous un en tête...) connaissent bien ce sentiment.
Quand une série qu’on a trouvé palpitante lors des premières saisons, puis qui s’est essoufflée, sort une nouvelle saison.
On voudrait arrêter de la regarder, tant le scénario s’est enlisé et chaque nouvelle saison est plus ennuyante que la précédente.
Mais on finit toujours par la regarder. Parce qu’on veut connaître la fin. Parce qu’on se dit que, peut-être, cette saison retrouvera la même intensité que les premières.
Voici donc la énième saison de la série américaine « The shutdown ».

Par Gauthier MAES
Directeur de la communication
Meilleurtaux Placement

RAPPEL

Pour ceux qui ont raté les saisons précédentes.
À chaque vote d’une loi de finances, les parlementaires américains ont une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.
Si elle n’est pas votée, tous les financements des services fédéraux sont soudainement coupés.
Ministères, mais aussi parcs nationaux, certains musées et une multitude d’organismes seraient affectés.
Et des centaines de milliers d’employés seraient au chômage technique.
Le « shutdown ».

LA MENACE FANTOME

À chaque vote, Républicains et Démocrates font planer la menace du shutdown.
Le but est bien entendu d’obtenir un maximum de concessions du camp adverse, en pointant du doigt sa rigidité qui serait la principale responsable des fermetures administratives.
Cette fois-ci c’est la Chambre des Représentants, à majorité républicaine, qui refuse de voter la loi budgétaire, en particulier les dépenses de défense.
Il reste une semaine pour trouver un compromis.

CE SERAIT PALPITANT…

… si on n’avait pas vécu ce scénario de nombreuses fois ces dernières années. Et même cette année, pas plus tard qu’en mai dernier pour le vote sur le plafond de la dette américaine. 
On connait donc la chanson.
5 jours de stress, puis la délivrance avec un compromis de dernière minute.
Le Congrès peut même signer un texte de financement à court terme s’il ne s’accorde pas sur un budget annuel.

ET SI C’ÉTAIT DIFFÉRENT ?

Et si, cette fois-ci, la série nous offrait un « final » surprise, avec aucun compromis ?
D’ailleurs, plusieurs spécialistes ont expliqué ces derniers jours qu’un shutdown serait difficilement évitable.
Bon…en fait, on connait aussi ce scénario.
On l’a vécu en 2018 sous la présidence de Donald Trump.
3 shutdown même. Le premier en janvier qui a duré 3 jours, le second en février qui a duré quelques heures, et le dernier le 22 décembre, qui a lui duré 36 jours, plus long shutdown de l’histoire.
Les États-Unis ont également connu un shutdown en octobre 2013, et en 1995.
En tout, depuis 1976, les États-Unis ont connu dix-sept shutdown.

QUELLES CONSÉQUENCES…

…pour les marchés ?
Prenons donc le cas précédent.
Le 14 décembre 2018, le S&P500 était à 2600 points. Une semaine plus tard, la veille du shutdown, il était à 2415 points, soit une baisse de 7%.
Le risque de shutdown avait donc bien provoqué un début de panique.
Puis c’est à peu près tout : 15 jours plus tard, en plein shutdown, le SP500 était à 2530 points. Puis 2670 points le 18 janvier et 2664 points le 25 janvier, jour de la signature par Trump de l’accord mettant fin au shutdown.
Le dollar lui n’a pratiquement pas bougé dans la période.

VOILÀ

Vous connaissez donc les différents scénarios d’une série qui aura quand même du mal à trouver sa place dans l’actualité très chargée par d’autres « séries » privilégiées par les marchés : l’inflation, les taux des banques centrales, ou encore la croissance chinoise.

À PART ÇA ? QUOI DE NEUF ?

IL A PARLÉ

Emmanuel Macron était aux JT de TF1 et France 2 hier.
IL va réunir les grands groupes d'agroalimentaires pour convenir d'un accord limitant leurs marges.
IL va demander aux distributeurs de carburants de vendre l'essence à prix coûtant, et accorder une nouvelle aide aux ménages les plus modestes de 100 euros par an et par voiture pour compenser la hausse du carburant.
IL veut sortir du charbon d'ici 2027 et produire 1 million de voitures électriques.
IL va mettre fin à la coopération militaire avec le Niger.
Voilà, on est sauvés... ou pas.

COMPLEANNO

Giorgia Meloni célèbre sa première année au pouvoir.
Un bilan « en demi-teinte » selon Les Échos.
Elle a rassuré dans ses relations les principaux pays de la zone euro, s’inscrivant dans les pas de son prédécesseur, Mario Draghi.
Mais la croissance est en panne depuis le second trimestre 2023, la mise en oeuvre du plan de relance patine, et la réforme fiscale n'a pourtant pas encore été lancée, sans oublier la crise migratoire.
Il y a surtout eu cette tentative de taxe sur les superprofits des banques ou encore l'agressivité de son ministre de l'Industrie contre les multinationales, qui a fortement échaudé la communauté économique et financière.
On est loin du Felice compleanno.

L’AUTRE SHUTDOWN

La fin de la période de défiscalisation, avec des produits qui clôturent dans quelques jours.

Or, il est particulièrement intéressant pour un investisseur qui souhaite bénéficier d’une réduction d’impôt de souscrire à ces produits maintenant, plutôt qu’en fin d’année, car ils récupéreront leur capital un an plus tôt. Deux produits sont particulièrement attractifs :
Le FIP Corse Kallisté Capital 15 qui offre une réduction d’impôt de 30 %* de l’investissement contre 25 % pour les autres fonds de défiscalisation.
>> Obtenez plus d’informations sur Kallisté Capital 15
Le FCPI Dividendes Plus 10, qui propose la durée de blocage la plus courte (6 ans maximum raccourcie à presque 5 ans si vous investissez avant le 27 septembre, versus 7/8 ans pour les autres fonds de défiscalisation) et une réduction d’impôt de 25 %*.
>> Obtenez plus d’informations sur Dividendes Plus 10

REVOIR C’EST VOTRE ARGENT

La Bourse : acheter ou vendre ?
Faut-il avoir peur de la hausse des salaires ?
La dette mondiale est-elle soutenable ?
Pourquoi la FED continue à menacer de relever ses taux ?
Quels placements privilégier dans cette période ?
Quelles actions acheter ou vendre ?
Qui sont les meilleurs gérants de l’année ?
Avec nos Jedi de l’économie et de la finance, Anne-Sophie Alsif de BDO, Sébastien Lalevée d’Arbevel, Eric Lewin des Publications Agora et le monumental Jean-Marc Daniel
Pour voir le replay de l'émission : cliquez ici

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse Meilleurtaux Placement
Par Dorian Abadie, Analyste Bourse Meilleurtaux Placement
Depuis l’annonce par la Fed de taux durablement élevés mercredi dernier, le CAC 40 cède du terrain. -2,63% la semaine passée, -0,44% ce matin à 7 154 points. Le coup de grâce a été porté vendredi par les dernières statistiques économiques de la zone euro. L’économie du Vieux Continent continue de se contracter en septembre. C’est en particulier vrai en France où l’activité des secteurs industriels et tertiaires se contracte fortement, au plus bas depuis fin 2020.
En parallèle, les taux sont sous tension et continuent d’évoluer sur des plus hauts pluriannuels, mettant la pression sur les valeurs de croissance.
En Asie, la Bourse de Tokyo gagne 0,85% ce matin, à 32 678 points.
Le Brent s'échange à 93,9 $ (+0,07%).
L'once d'or se négocie à 1 925,3 $ (-0,01%).
L'euro/dollar évolue à 1,065 $ (-0,05%)."

ON S’EN FOUT ?

La droite et le centre ont conforté leur majorité au Sénat ; Les prix de la grande consommation reculent pour la première fois depuis dix-huit mois en septembre ; La Maison-Blanche a accordé un permis de travail à quelques 475 000 Vénézuéliens qui étaient devenus « un fardeau pour des villes comme New York » ; Polémique lors de la manifestation contre « les violences policières » … avec des violences policières : des individus cagoulés ont attaqué une voiture de police à coups de barre de fer, l'un des agents a sorti son arme à feu quelques secondes pour tenir en respect les assaillants ; Antoine Dupont, le « Mbappé du rugby », retrouve l’équipe de France après sa fracture de la mâchoire subie jeudi dernier et pourrait rejouer dans « trois ou quatre semaines » ; Daniel Kretinsky vend ses parts dans le capital du Monde à Xavier Niel ; Jordan Bardella a estimé que le pape ne comprenait pas le «problème de l’immigration» en Europe ; Le PSG a écrasé l'OM 4-0 hier soir ; « Mets-lui une patate dans sa gueule » : dans le Val-de-Marne, une mère accuse un ado d’avoir frappé son fils, le met à genoux, le gifle et demande à son fils de faire de même, elle sera jugée pour violence sur mineur. 

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

*En contrepartie, votre argent est bloqué pendant une durée de 6 à 9 ans. Le fonds commun de placement dans l’innovation, catégorie de fonds commun de placement à risques, est principalement investi dans des entreprises innovantes qui présentent des risques particuliers, c’est pourquoi votre investissement n’est pas garanti et présente un risque de perte en capital. Le fonds d’investissement de proximité est principalement investi dans des entreprises non cotées en bourse qui présentent des risques particuliers.

A découvrir également

  • visuel-morning
    Quelle performance pour Pilot ? La gestion pilotée par Marc Fiorentino, conçue pour vous
    16/02/2024
  • visuel-morning
    La pépite de la semaine par Euroland Corporate
    26/02/2024
  • visuel-morning
    Vers la fin de l’avantage fiscal des donations démembrées ?
    26/01/2024
  • visuel-morning
    SCPI : après les baisses de 2023, qu’attendre de 2024 ?
    22/02/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt