vendredi 12 août

Alors que la France brûle, le gouvernement prépare un plan pour réduire la consommation d’énergie en France et éviter un blackout cet hiver.
La guerre en Ukraine a en effet mis en lumière la précarité de la situation énergétique en France, et encore plus dans toute l’Europe (et notamment en Allemagne), entre consommation forte, production insuffisante et choix stratégiques discutables…

Par Gauthier MAES
Responsable média
Meilleurtaux Placement

DÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE

On le sait depuis longtemps, mais la guerre en Ukraine a mis l’accent sur le problème.
L’Europe est loin, très loin, de l’indépendance énergétique.
L’Union Européenne produit en effet moins de 40% de l’énergie dont elle a besoin.
L’Allemagne ne produit qu’un tiers.
La France fait mieux, au-dessus de 50% (grâce au nucléaire…).

ÉNERGIE FOSSILE

La France est un cas particulier. Plus de 70 % de l’énergie disponible européenne est d’origine fossile, particulièrement polluante : le pétrole (36 %), le gaz (22 %) et le charbon (11 %).
Et l’énergie importée provient essentiellement de combustibles fossiles (pétrole et gaz), venant de Russie (jusqu'à cette année).
Il y a bien sûr des exceptions (Suède), et il y a eu des initiatives en faveur de la transition énergétique ces dernières décennies.
Au niveau européen, avec le « Pacte vert » de 2019 pour la neutralité carbone en 2050.
Et à l’échelle nationale, à commencer par l’Allemagne, qui prévoyait de mettre fin au charbon d’ici à 2038 grâce au développement des énergies renouvelables.
Mais c’est encore très insuffisant, d’un point de vue écologique, et dépendance énergétique.

ET DONC VIENT LA GUERRE EN UKRAINE

Et l’Europe prend la décision controversée, courageuse mais très critiquée au sein même de l’Union, de sanctionner la Russie en stoppant les importations de gaz et de pétrole.
Aujourd’hui on peut dire que les sanctions se sont retournées contre l’Europe , qui se retrouve dans une situation très précaire. Avec deux conséquences.

1. LE RATIONNEMENT

En France, mais les autres pays européens vont suivre, on prépare un plan de rationnement pour l’hiver, avec des mesures pour inciter les entreprises et les ménages à réduire leur consommation d’énergie, voire même, dans un scénario extrême (un hiver très rude), des coupures ponctuelles d’électricité.
Il faut dire que la France consomme beaucoup, beaucoup (trop) d’énergie.
En consommation par habitant, nous sommes les champions européens, juste devant l’Allemagne.
Et au niveau mondial, nous ne sommes dépassés que par les États-Unis, la Russie et l’Australie (source : Agence internationale de l’énergie).

2. PRODUIRE PLUS

Pour compenser la chute des importations russes, les pays européens veulent également agir pour augmenter rapidement leur production, aux dépens de… la transition énergétique.
L’Allemagne, les Pays-Bas, ou encore l’Italie ont annoncé ces derniers jours un retour accru à l’énergie fossile la plus polluante : le charbon (réouverture de mines et de centrale, augmentation des importations chinoises ou américaines).
En France aussi, malgré le nucléaire et des terminaux méthaniers permettant l’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) américain ou qatari, la centrale à charbon à Saint-Avold (Moselle) est rouverte…
Le monde s'apprête à brûler 8 milliards de tonnes de charbon en 2022, un triste record pour le climat.

LA TROISIÈME CONSÉQUENCE…

…sera peut-être un peu plus réjouissante : 2022 a permis de mettre en lumière la dépendance énergétique de l’Europe. Et pour sortir de cette situation, à moyen long terme, l’Europe n’aura pas le choix que de lancer un vaste plan énergétique. Un plan qui, cette fois-ci, devrait essentiellement concerner des énergies renouvelables.
En attendant, préparez-vous, pendant la canicule, à avoir froid cet hiver…

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

7,4%

Le taux de chômage a légèrement augmenté en France au deuxième trimestre 2022.
7,4% contre 7,3% au premier trimestre.
Le taux de chômage est inférieur de 0,8 point à celui d'avant la crise sanitaire (fin 2019).
Le Budget 2023 sera fortement axé sur l'emploi , et Bruno Le Maire a annoncé viser le «plein emploi» pour 2026.
Si on pouvait simplement rattraper notre retard sur les autres économies développées, ce serait déjà bien.

LE REBOND DU PÉTROLE

L'envolée du prix du gaz, accentuée par la guerre en Ukraine, dope le recours au pétrole pour la production d'électricité.
Hier, l'Agence internationale de l'énergie a revu à la hausse la demande mondiale prévisionnelle de pétrole pour 2022.
Après avoir chuté sous les 93 dollars, le baril de brent remonte au-dessus des 99 dollars.
Selon l'AIE, la demande risque cependant de reculer d'ici la fin de l'année à cause de la récession dans de nombreux secteurs.

LE REBOND DE L'EURO

Après avoir chuté à la parité mi-juillet, l'eurodollar remonte depuis 3 semaines.
À 1,035 $ la monnaie unique est au plus haut depuis fin juin, profitant du durcissement de la politique monétaire de la BCE, mais également de la bonne résistance de l'économie européenne (notamment française).
À l'inverse, les États-Unis sont officiellement entrés en récession au deuxième trimestre, tandis que l'inflation montre des signes de ralentissement, ce qui pourrait inciter la Fed à freiner le rythme de son resserrement monétaire.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse
C’est une fin de semaine très calme qui attend les marchés, à la veille du week-end prolongé de l’Assomption. Hier, le CAC40 grappillait quelques points à la clôture, +0,33% à 6 545 points. Ce matin, il ouvre en petite hausse autour des 6 555 points. La semaine devrait donc être positive pour l’indice français et les principales places mondiales, après le soulagement provoqué par l’inflation américaine.
D’ailleurs, la hausse des prix français a été confirmée ce matin à 6,1% sur un an, au mois de juillet (+5,8% en juin). Contrairement au ralentissement observé aux États-Unis, l’inflation continue donc d’accélérer en France.
La Bourse de Tokyo clôture en forte hausse : +2,62% à 28 547 points.
Le baril de pétrole Brent s'échange à 99,2 $ (-0,17%).
L'once d'or se négocie à 1 792,7 $ (+0,03%).
L'euro/dollar évolue à 1,031 $ (-0,07%).

ON S'EN FOUT ?

Le pic de chaleur, c'est pour aujourd'hui ; L'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont fournir des renforts aux pompiers à l'action dans l'Hexagone, pour lutter contre les incendies ; Les pompiers sont vraiment des héros, ils mériteraient qu'on les applaudisse tous les soirs à 20h sur nos balcons, au même titre que le personnel des hôpitaux pendant le Covid (on pourrait trouver mieux cette fois-ci ? ) ; Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de nouvelles frappes sur Zaporijjia ; En Allemagne, Olaf Scholz promet un nouveau paquet d'aides aux particuliers pour lutter contre la flambée des prix ; Le patron de Ryanair annonce la fin des billets à 9,99 euros ; D'après Le Washington Post, le FBI cherchait chez Donald Trump des documents contenant des informations liées au nucléaire qui pourraient «tomber entre de mauvaises mains» ; Disparition du dessinateur Sempé, père du «Petit Nicolas», est mort ; Depuis le début de l'été, une large campagne d'hameçonnage (escroquerie en ligne) imite l'Assurance maladie (Ameli) pour dérober des informations de carte bancaires ; Les vendanges débutent plus tôt cette année, à cause de la sécheresse, mais la récolte devrait être meilleure que l'an dernier ; La fonte des glaciers libère les momies d’alpinistes disparus (aucun n'a survécu à la cryogénisation comme dans Demolition Man ou California man...) ; Je vous souhaite un bon week-end prolongé, on se retrouve mardi !

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    L’or sous les 1 700$, comment investir facilement sur la valeur refuge par excellence ?
    22/09/2022
  • visuel-morning
    La question Corporate par Euroland Corporate
    22/09/2022
  • visuel-morning
    Avis d'imposition : comment limiter ce qu'il vous reste à payer
    16/08/2022
  • visuel-morning
    Malgré la baisse des rendements au S1, la collecte de SCPI à un niveau record
    12/08/2022
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt