Lundi 09 octobre

L'attaque du Hamas en Israël a déclenché une nouvelle guerre.
L'organisation terroriste financée par le Qatar et l'Iran a fait des centaines de victimes et enlevé plus de 100 personnes, des civils, des enfants, des personnes âgées.
Les images sont insoutenables.
Mes pensées vont aux familles des victimes, aux otages et aux familles des otages.

LE RESTE DE L’ACTUALITÉ

L'EMPLOI AMÉRICAIN...

...continue à résister.
Même si le taux de chômage est resté inchangé à 3.8%, le nombre de créations d'emploi a dépassé les anticipations.
C'est normal. Nous vous l'avons expliqué ici à plusieurs reprises, pas plus tard que jeudi
Le déséquilibre majeur post Covid est en train de se résorber. Les millions d'offres non pourvues se transforment en créations d'emplois car les Américains retournent au travail : ils n'ont pas le choix, ils n'ont plus d'épargne et ils sont au plafond de leur endettement.
Dans deux ou trois mois au maximum, l'emploi va marquer le pas.

À CE SUJET

Les crédits par cartes de crédit commencent à s'essouffler.
Il faut dire que le taux moyen que les ménages américains paient sur ce type de crédit est de... 22.8% !
Un taux spectaculaire et dissuasif.
Cela représente 40 milliards de $ rien qu'en intérêts à payer l'année prochaine.
Un frein à la consommation dans les mois qui viennent.

LE PÉTROLE

Le baril a bondi de 4% du fait de la guerre en Israël.
Rappelons les enjeux géopolitiques du conflit.
Le timing de cette attaque sanglante n'est pas un hasard.
C'est le 50ème anniversaire de la guerre de Kippour.
C'était une fête religieuse avec de nombreux militaires en congés.
Le gouvernement était affaibli par une bataille sur une réforme judiciaire.
Mais c'est surtout un moyen pour le Qatar et pour l'Iran d'empêcher le rapprochement annoncé entre Israël et l'Arabie saoudite.
Selon le Wall Street Journal ce matin, les Gardiens de la révolution iraniens ont donné le go de l'attaque lundi dernier à Beyrouth.

UN PROGRÈS ?

Il ne faut pas perdre espoir sur la BCE.
En interview hier dans la Tribune du Dimanche, Christine Lagarde a (enfin) reconnu que l'inflation reculait.
Mais elle continue à penser qu'il faut maintenir des taux élevés très longtemps sans comprendre l'impact dévastateur que cette hausse fulgurante et trop tardive va avoir sur l'économie européenne.

LA CLAQUE

Défaite électorale pour la coalition gouvernementale d'Olaf Scholz dans le Hesse et en Bavière.
L'opposition conservatrice a remporté deux victoires.
Mais c'est surtout la progression de l'extrême droite qui est marquante : l'AFD 16.6% Hesse, 15.3% Bavière.

PRESSION DÉFLATIONNISTE

Oui déflationniste.
Le ralentissement chinois provoque une chute des coûts de transport maritime et une surcapacité des fabricants locaux.
Cette déflation va se répercuter positivement sur le coût des produits importés en Europe et donc sur l'inflation.

PRESSION SUR LES TAUX D’INTÉRÊT

Le Trésor américain continue à emprunter massivement de l'argent sur les marchés.
Pour financer le déficit budgétaire abyssal.
Il avait annoncé qu'il devait emprunter 1000 milliards de $ pour le seul troisième trimestre, 250 milliards de plus que prévu : 1176 milliards de $ ont déjà été levés à ce jour.
Plus un gouvernement emprunte, plus cela déséquilibre l'offre et la demande et plus les taux augmentent.
Et les banques centrales ne peuvent plus absorber les excédents d'emprunts gouvernementaux du fait de l'inflation.

REVOIR C’EST VOTRE ARGENT

L'explosion des taux d'intérêt, jusqu'où ?
Comment vont les entreprises ?
Est-ce la fin de la grande démission ?
La Bourse va-t-elle continuer à chuter ?
Quelles actions acheter ou vendre ?
Quels placements privilégier ?
Le Top 3 des gérants.
Avec nos Jedi de la finance et de l'économie, Mary-Sol Michel de Swiss Life banque privée, Romain Burnand de Moneta AM, Christopher Dembik de Pictet AM et Denis Ferrand de Rexecode.
Pour voir le replay de l'émission : cliquez ici

RAPPEL : ON SE VOIT JEUDI

J'animerai un webinaire sur le thème : quel scénario pour l’économie et quels placements privilégier ?
Le but : vous présenter l’allocation d’actifs que nous privilégions par rapport à nos anticipations de grand ralentissement.
Nous verrons ensemble l’impact des derniers événements macroéconomiques sur les marchés et quelles décisions récentes nous avons prises dans nos allocations d’actifs pour les adapter à l’environnement actuel.
Et nous verrons quels supports il faut privilégier pour les mois, et les années à venir, toujours selon nos anticipations.
>> Inscrivez-vous au webinaire sur l'allocation d'actifs du jeudi 12 octobre

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement
Les places européennes ouvrent dans le rouge ce matin : -1,05% pour le CAC 40 à 6 985 points. Le conflit entre Israël et le Hamas ravive les inquiétudes géopolitiques et relance la hausse du pétrole. Le baril de Brent gagne 3,3% à 87,2$ ce matin. La possible extension du conflit entre Israel et l’Iran aurait de lourdes répercussions sur le marché de l’or noir.
Cette semaine, l’évolution des taux sera à nouveau très scrutée par les opérateurs boursiers. Le 10 ans américain évolue toujours autour des 4,8%, au plus haut depuis 2007.
Vendredi, le CAC signait une troisième semaine négative (-1,05%), avec un petit rebond journalier de 0,88%, après la publication des chiffres de l’emploi américain.
En Asie, la Bourse de Tokyo est fermée (jour férié).
L'once d'or se négocie à 1 848,9 $ (+0,94%).
L'euro/dollar évolue à 1,053 $ (-0,51%).

ON S'EN FOUT ?

Vous avez le choix le dimanche pour votre journal : le JDD, à droite droite (avec chaque dimanche un petit supplément "fan club de Nicolas Sarkozy"), le Parisien/Aujourd'hui populaire et au plus près du "terrain", et la nouvelle "Tribune du Dimanche" à l'extrême centre (en même temps...) ; Le titre du jour hier dans le JDD : "Le chien est l'avenir de l'homme", le remplacement de l'enfant par l'animal interroge l'avenir de la société : 68% des propriétaires de chiens et chats considèrent leurs animaux comme un membre à part entière de leur famille, 57% leur offrent des cadeaux à Noël, c'est l'explosion du "pet parenting" et de la "dog mom" (femme sans enfants mais "mère" de ses animaux de compagnie), ce n'est pas anecdotique, les conséquences sur la démographie et sur l'économie sont majeures ; Le Pape François a regretté que "les animaux prennent parfois la place des enfants" ; Gabriel Attal est passé devant Édouard Philippe dans les sondages sur les successeurs de Macron dans le camp présidentiel ; L'autre titre du jour sans ambiguïté du Parisien : "Après les massacres du Hamas, la tragédie des otages", tout est dit ; Antoine Dupont a rendez-vous ce lundi avec son chirurgien : la France attend ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    Le compte à terme, toujours attractif en 2024 ?
    23/02/2024
  • visuel-morning
    L'édito de Marc
    23/02/2024
  • visuel-morning
    Vers la fin de l’avantage fiscal des donations démembrées ?
    26/01/2024
  • visuel-morning
    Sofidynamic, l’immobilier à haut rendement et 0 % de frais de souscription
    16/02/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt